Covid 19 : Recommandations gouvernementales et information de la Préfecture au 02/03/2021

Le 28 octobre 2020, le président de la République a décidé de prendre des mesures pour réduire à leur plus strict minimum les contacts et déplacements sur l’ensemble du territoire métropolitain ainsi qu’en Martinique, en instaurant un confinement du 30 octobre au 15 décembre. Depuis le 15 décembre, le confinement a été levé mais un couvre-feu a pris sa place et a été renforcé depuis le 16 janvier s’appliquant de 18h à 6h. https://www.gouvernement.fr/info-coronavirus/couvre-feu. Retrouvez ci-dessous les mesures prises au niveau national et local (02/03/2021).

LES ATTESTATIONS : téléchargez les attestations de déplacement dérogatoire.

Au 2 mars

Point épidémiologique

Au 1er mars 2021, pour le département de la Haute-Garonne, sont recensés par l’Agence Régionale de Santé (ARS) :

  • 361 (-8) hospitalisations en cours dont 58 (-2) en réanimation
  • 610 personnes décédées (+4)
Du 20/02 au 26/02 Haute-Garonne Toulouse Métropole Région Occitanie National Alerte maximale
Taux d’incidence en population générale 194,7 / 100 000 220,5 / 100 000 152 / 100 000 220,7 / 100 000 > 250 / 100 000
Taux d’incidence pour les plus de 65 ans 137,8 / 100 000 185,2 / 100 000 110,1 / 100 000 / > 100 / 100 000
Part des patients COVID dans les réanimations / / 41,36 % 70,1 % > 30 %

 

Renforcement des mesures de distanciation dans certains secteurs de Toulouse

De nombreux rassemblements statiques sans respect de la distanciation physique, ni port du masque, ont été constatés ces derniers jours. Afin de limiter les risques de diffusion du virus, les contrôles ont été renforcés et des secteurs font l’objet de restriction d’accès à Toulouse. Communiqué de presse relatif à ces mesures.

Au 26 février

Point de situation sur la stratégie vaccinale en Haute-Garonne

  • Focus sur le déploiement du vaccin AstraZeneca en entreprise

Il a été décidé qu’à compter du 25 février 2021, après les professionnels de santé et du médico-social, le vaccin AstraZeneca peut être utilisé notamment pour la vaccination des personnes de 50 à 64 ans inclus atteintes de comorbidités.
Dans ce cadre, les services de santé au travail (SST), services autonomes et services inter-entreprises, peuvent s’engager dans la campagne de vaccination auprès des salariés répondant aux critères d’âge et de comorbidité tels que définis par les autorités sanitaires (https://solidarites-sante.gouv.fr/grands-dossiers/vaccin-covid-19/je-suis-un-particulier/article/foire-aux-questions-la-strategie-de-vaccination).
Concrètement, à l’instar des médecins de ville, les médecins du travail doivent se rapprocher de la pharmacie d’officine de leur choix, pour s’identifier et se procurer des doses du vaccin AstraZeneca.

Une instruction de la Direction Générale du Travail (DGT) destinée à encadrer les modalités de leur intervention a été adressée aux services de santé au travail et vous trouverez au lien suivant le communiqué de presse du Secrétariat d’État chargé des retraites et de la santé au travail relatif à ce déploiement : https://travail-emploi.gouv.fr/actualites/presse/communiques-de-presse/article/vaccination-contre-la-covid-19-en-france-possibilite-d-administrer-le-vaccin

  • Liste des publics ayant à ce jour accès à la vaccination

– Les personnes âgées qui résident en établissement, notamment les Ehpad ;
– Les personnels de ces établissements de plus de 65 ans ou présentant un risque de développer une forme grave de la Covid-19 (diabétiques…) ;
– Les professionnels de santé de ville et d’hôpital qui ont plus de 50 ans ou présentant des comorbidités ;
– Les pompiers et les aides à domicile de plus de 50 ans ;
– Les personnes handicapées vulnérables en établissements spécialisés et les personnes travaillant dans ces établissements âgées de plus de 50 ans ;
– Les personnes âgées de 75 ans et plus qui ne sont pas en établissement mais à domicile ;
– Les personnes, quel que soit leur âge, présentant une des pathologies conduisant à un très haut risque de forme grave de la maladie (insuffisance rénale chronique, cancer sous traitement, transplantés d’organes, personnes atteintes de trisomie…) ;
– Les professionnels de santé et du médico-social de moins de 65 ans, seulement avec l’AstraZeneca ;
– Les personnes âgées de 50 à 64 ans inclus avec des comorbités, seulement avec l’AstraZeneca.

Pour rappel, la liste des comorbidités est la suivante : L’obésité (IMC>30) particulièrement chez les plus jeunes, la BPCO et l’insuffisance respiratoire, l’hypertension artérielle compliquée, l’insuffisance cardiaque, le diabète (de type 1 et de type 2), l’insuffisance rénale chronique, les cancers et maladies hématologiques malignes actifs et de moins de 3 ans, le fait d’avoir une transplantation d’organe solide ou de cellules souches hématopoïétiques, la trisomie 21.

3. Conférence de presse du Premier ministre le jeudi 25 février 2021

Le Premier ministre Jean CASTEX et le Ministre des Solidarités et de la Santé Olivier VERAN ont donné une conférence de presse sur la stratégie de lutte contre le COVID19 le jeudi 25 février au soir.

Les points suivants ont été abordés :

  • les métropoles de Nice et de Dunkerque reconfinées le week-end
  • une surveillance renforcée pour 20 départements qui cumulent des indicateurs défavorables : les Alpes-Maritimes, les Bouches-du-Rhône, la Drôme, l’Essonne, l’Eure-et-Loir, les Hauts-de-Seine, la Meurthe-et-Moselle, la Moselle, le Nord, l’Oise, Paris, le Pas-de-Calais, le Rhône, la Seine-et-Marne, la Seine-Saint-Denis, la Somme, le Val-d’Oise, le Val-de-Marne, le Var et les Yvelines. Pour ces départements, des mesures renforcées allant jusqu’au confinement sont à l’étude.
  • Vaccination :

– près de 80% des résidents d’Ehpad ont été vaccinés
– la vaccination devrait être ouverte début avril aux plus de 65 ans
– Rappel : les médecins généralistes peuvent désormais vacciner les patients âgés de 50 à 64 ans atteints de comorbidités

  • Déploiement des test salivaires dans les établissements scolaires, facilitant l’accès au dépistage

Vous retrouverez l’intégralité de cette conférence de presse sur le lien suivant : https://www.youtube.com/watch?v=_gVzmK-IXNE&feature=youtu.be

4. Plan « 10 000 jeunes » du ministère de l’Intérieur

Une circulaire du ministre de l’Intérieur du 18 février dernier prévoit le déploiement dès les prochaines semaines jusqu’à la fin de l’année scolaire 2021-2022 d’un plan « 10 000 jeunes », destiné à accompagner les jeunes, catégorie particulièrement touchée par la crise de covid-19, dans leurs études et faciliter leur insertion.

Ce dispositif consiste à offrir au sein des services du ministère de l’Intérieur (préfectures, SGAMI, services de police, casernes de gendarmerie, unités de sécurité civile, …) plus de 10 000 stages, contrats d’apprentissage et autres opportunités aux collégiens, lycéens et étudiants de tous âges.

Ce dispositif mobilisera les leviers suivants :
– accueil de 1800 stagiaires de 3e supplémentaires, dispositif des « cadets de la gendarmerie nationale » porté à 1200 bénéficiaires sur la période 2021-2022
– accueil de plus de 4000 stagiaires lycéens ou en études supérieures, de la licence au master 2, dans le cadre de stages courts (moins de 8 semaines) et de stages longs qui devront être rémunérés
– formation de 1500 apprentis supplémentaires
– accueil de 1500 jeunes supplémentaires dans le cadre d’une mission de service civique

Un ciblage particulier devra être effectué en faveur des jeunes issus des quartiers prioritaires de la politique de la ville, et en particulier des quartiers de reconquête républicaine. Une campagne d’information sera menée au niveau local.

Vous trouverez le communiqué de presse relatif à ce plan au lien suivant : https://www.interieur.gouv.fr/Actualites/Communiques/Plan-10-000-jeunes-Rejoignez-le-ministere-de-l-Interieur

5. Décret du 22 février 2021 relatif au fonds de solidarité

Le décret du 22 février 2021 paru au Journal officiel du 23 février modifie le décret du 30 mars 2020 relatif au fonds de solidarité :
– modification de l’aide à laquelle sont éligibles les entreprises des secteurs dits « S1 bis » et celles exerçant leur activité principale dans le commerce de détail (à l’exception des automobiles et des motocycles) ou la location de biens immobiliers résidentiels et étant domiciliées dans une commune mentionnée à l’annexe 3.
Au titre du mois de janvier, si ces entreprises ont subi une perte de chiffre d’affaires inférieure à 70 %, alors le montant de la subvention est dorénavant égal soit à 15 % du chiffre d’affaires de référence (nouvelle option) soit à 80 % de la perte de chiffre d’affaires dans la limite de 10 000 euros ;
– diverses modifications techniques pour l’aide au titre du mois de janvier, notamment en ce qui concerne le chiffre d’affaires de référence des entreprises créées en octobre 2020 et interdites d’accueil du public en décembre 2020 ainsi qu’en ce qui concerne les indemnités journalières et les pensions de retraite ;
– prolongation des délais de dépôts des demandes pour les associés des groupements agricoles d’exploitation en commun pour les aides d’octobre à décembre du 28 février 2021 jusqu’au 31 mars 2021 ;
– création d’une aide complémentaire au titre du mois de novembre pour les exploitations agricoles des filières dites « festives ».

Au 19 février

Renforcement des mesures d’isolement et de quarantaine : précisions pour les professionnels des établissements de santé, sociaux et médico-sociaux

Compte-tenu de la progression de la diffusion des variantes d’intérêt du SARS-CoV2 sur le territoire national, une adaptation de la stratégie de freinage a été rendue nécessaire, pour renforcer les mesures d’isolement et de quarantaine. Afin de disposer de mesures adaptées aux risques mais aussi simples et facilement compréhensibles par tous, il a été décidé lors du Conseil de défense et de sécurité nationale (CDSN) du 17 février 2021 une harmonisation des durées d’isolement et de quarantaine, quel que soit le virus du SARS-CoV2 considéré. Cette harmonisation a été annoncée par le Ministre des Solidarités et de la Santé le 18 février 2021. La durée d’isolement est ainsi portée à 10 jours pour tous les cas confirmés et probables et à 7 jours pour les contacts à risque d’un cas confirmé ou probable.

Par ailleurs, suite aux avis des 18-20 janvier 2021 du Haut conseil de la santé publique (HCSP) relatif aux mesures de contrôle et de prévention de la diffusion des nouveaux variants du SARS-CoV-21, précisé par e Centre de crise sanitaire les 12 et 16 février 2021 (référence : MINSANTE N°25 du 16/02/2021) : l’éviction de professionnels cas confirmés asymptomatiques ne peut plus connaitre d’exception dans les structures sanitaires et médico-sociales. Cette règle ne doit souffrir d’aucune dérogation, le HCSP supprimant cette possibilité ouverte dans son avis du 23 mai 2020.

A/ Evolution de la durée d’isolement à 10 jours pour tous les cas confirmés et probables et à 7 jours pour les cas contacts à risque

La durée d’isolement des cas confirmés ou probables de SARS-CoV2 est harmonisée à 10 jours qu’il s’agisse du virus sauvage ou des variantes d’intérêt 20I/501Y.V1 (dite « britannique »), 20H/501Y.V2 (dite « sud-africaine ») et 20J/501Y.V3 (dite « brésilienne »).

L’isolement des cas confirmés ou probables symptomatiques est ainsi allongé pour tous à 10 jours pleins à partir de la date de début des symptômes avec absence de fièvre au 10ème jour (si le cas reste fébrile, l’isolement doit être maintenu pendant 48h après la disparition de cette fièvre).

Pour les cas confirmés asymptomatiques, l’isolement est compté à partir du jour du premier prélèvement positif (test antigénique ou RT-PCR de 1ère intention) pour une durée de 10 jours pleins également. En cas de survenue de symptômes évocateurs de la Covid-19, la période d’isolement devra être rallongée de 10 jours à partir de la date d’apparition des symptômes.

La durée de la quarantaine pour les contacts à risque reste à 7 jours après le dernier contact avec le cas confirmé ou probable qu’il s’agisse du virus sauvage ou des variantes d’intérêt 20I/501Y.V1, 20H/501Y.V2 et 20J/501Y.V3.

Pour tous les contacts à risque, un test antigénique est réalisé immédiatement après évaluation du risque (test à J0) afin de détecter rapidement toute chaine de contamination supplémentaire. Un résultat négatif ne lève pas la mesure de quarantaine. Elle prend fin en cas de résultat de test négatif (Tag ou RT-PCR) réalisé à J7 du dernier contact avec le cas confirmé et en l’absence de symptômes évocateurs de la Covid-19.

La fin de la quarantaine doit s’accompagner par le port rigoureux du masque chirurgical ou grand public de filtration supérieure à 90% et le respect strict des mesures barrières et de la distanciation physique durant les 7 jours suivant la levée de la mesure, en évitant les personnes à risque de forme grave de Covid-19, et en favorisant dans la mesure du possible le télétravail.

B/ L’éviction systématique 10 jours des professionnels cas confirmés

Quels professionnels concernés par des mesures d’éviction ?

Tous les professionnels, soignants et non soignants, au sein d’un établissement de santé ou d’un établissement social ou médico-social (ESMS) sont potentiellement concernés par une mesure d’éviction, en tant que cas confirmé de Covid-19 ou personne contact à risque d’un cas confirmé.

Quand prévoir la levée d’isolement pour les personnes infectées ?
Ø  Au plus tôt au 10ème jour à partir du début des symptômes ;
Ø  ET à l’issue d’une période d’apyrexie (= température rectale inférieure à 37,8°C mesurée avec un thermomètre, deux fois par jour, et en l’absence de toute prise d’antipyrétique depuis au moins 12 heures) d’au moins 48 heures ;
Ø  ET au moins 48 heures après la disparition d’une éventuelle dyspnée (= fréquence respiratoire inférieure à 22/mn au repos) ;

En outre, le HSCP recommande, lors de la reprise des activités professionnelles, au contact de patients et/ou de professionnels de santé, le port d’un masque chirurgical de type II, pendant les 7 jours suivant la levée du confinement et éviter les contacts non masqués avec les collègues pendant les pauses. Il est aussi rappelé l’importance du respect des mesures d’hygiène des mains.

Quelle conduite à tenir pour les personnes cas contact ?

Le HCSP recommande que l’éviction des professionnels en ESMS et contacts à risque d’un porteur du SARS-CoV-2, symptomatique ou non, ne soit pas systématique, sauf :
Ø  Si le professionnel devient symptomatique ;
Ø  En cas de doute sur la possibilité du soignant à respecter les mesures barrières permettant d’éviter la contamination des patients ou des autres professionnels de l’établissement : le soignant contact doit être mis en éviction dans les mêmes conditions que les contacts en population générale ;
Le professionnel contact à risque mais maintenu en poste doit :
Ø  Pratiquer une auto-surveillance de ses symptômes et alerter les services de médecine du travail et de maladies infectieuses en cas d’apparition de symptôme évocateur pour la réalisation d’un prélèvement nasopharyngé à la recherche du SARS-CoV-2. Dans l’attente du résultat, il doit être mis en éviction, sauf situation exceptionnelle ;
Ø  Bénéficier d’un prélèvement nasopharyngé systématique entre J5 et J7 du dernier contact (et au maximum à 7 jours de la date du premier contact si celui-ci a persisté plusieurs jours), même s’il est asymptomatique ;
Ø  Appliquer strictement les mesures d’hygiène et de distanciation physique, dans sa pratique mais aussi lors des pauses ou de l’utilisation des vestiaires.

Quelles sont les mesures de prévention à appliquer ?

Toutes les mesures de prévention actuellement disponibles restent efficaces pour contrôler la diffusion du SARS-CoV-2, quel que soit le variant.

Il convient d’être particulièrement vigilant dans leur stricte application pour éviter les transmissions nosocomiales et les clusters, notamment dans l’attente d’une couverture vaccinale suffisante. En particulier :
§  Porter un masque adapté à la forme de son visage, le garder en dehors des temps de soins, lors des regroupements de professionnels de santé dans des zones où le masque est socialement trop souvent retiré du visage : temps de pause dans les services, pause-café, pause cigarette et vapotage, restauration, etc. ;
§  Durant ces moments, le retrait du masque doit être limité au maximum ; une hygiène des mains doit être également réalisée en entrant et en sortant de ces espaces qu’il faut aérer et nettoyer régulièrement ;
§  La densité de personnes présentes doit être limitée pour respecter une distance interindividuelle de 2 mètres.

Au 18 février 2021

1.Point épidémiologique

Au 18 février 2021, pour le département de la Haute-Garonne, sont recensés par l’Agence Régionale de Santé (ARS) :

  • 406 (-2) hospitalisations en cours dont 70 (+2) en réanimation
  • 574 personnes décédées (+3)
Du 09/02 au 15/02 Haute-Garonne Toulouse Métropole Région Occitanie National Alerte maximale
Taux d’incidence en population générale 202,8 / 100 000 224,7 / 100 000 164,3 / 100 000 190,2 / 100 000 > 250 / 100 000
Taux d’incidence pour les plus de 65 ans 150,1 / 100 000 146,7 / 100 000 136,7 / 100 000 / > 100 / 100 000
Part des patients COVID dans les réanimations / / 44,99 % 66,9 % > 30 %

Le taux d’incidence en Haute-Garonne reste supérieur aux taux d’incidence régional et national.

2.Modification du décret du 29 octobre 2020

L’article 35 du décret du 29 octobre 2020 a été modifié par le décret n° 2021-173 du 17 février 2021 :

  • Interdiction de la pratique de la danse

Dans un avis du Haut Conseil de la Santé Publique en date du 20 octobre 2020, la danse est en effet considérée comme un sport de groupe se pratiquant dans des espaces confinés mal aérés, ce qui présente un risque augmenté de contamination. Ainsi, la danse en tant qu’activité physique et sportive n’est pas autorisée en intérieur, ni dans les ERP de type X ni dans les ERP de type L.

Par conséquent, le décret a été modifié de sorte qu’aucun cours de danse ne pourra reprendre à la rentrée scolaire, y compris dans les établissements d’enseignement artistique (conservatoires).

Tableau de synthèse des mesures actualisé.

3. Pratique des sports de montagnes : des consignes de sécurité à respecter y compris en période de crise sanitaire

En cette période de crise sanitaire qui impose de ne pas surcharger les services hospitaliers, il convient de prévenir les d’accidents liés aux sports de montagne en minimisant la pratique individuelle afin de préserver la sécurité des personnes.

A cette fin, il est important de s’assurer du respect par tous les publics des consignes suivantes :

  • ne jamais partir seul et ce, afin de pouvoir porter assistance directement à son compagnon ou prévenir les secours ;
  • être équipé de pelle, de sonde et de détecteurs de victimes d’avalanche (DVA), et savoir utiliser ce matériel ;
  • s’informer auprès des professionnels et connaître le bulletin risque d’avalanche du jour ;
  • ne pas hésiter à faire demi-tour si les conditions se dégradent ;
  • prévoir de la marge au niveau des horaires pour un retour avant la nuit ;
  • faire preuve de modestie et ne pas s’engager sur des itinéraires trop ambitieux en prenant en compte ses propres capacités physiques ou le profil du groupe.

En cette période de vacances d’hiver, vous retrouverez toutes les informations utiles sur le site https://preventionhiver.sports.gouv.fr/

Au 16 février 2021

1. Point épidémiologique

Au 15 février 2021, pour le département de la Haute-Garonne, sont recensés par l’Agence Régionale de Santé (ARS) :

  • 422 (-24) hospitalisations en cours dont 68 (+3) en réanimation
  • 562 personnes décédées (+21)

Du 06/02 au 12/02

Haute-Garonne

Toulouse Métropole

Région Occitanie

National

Alerte maximale

Taux d’incidence en population générale

210,4 / 100 000 

227,8 / 100 000 

170,2 / 100 000 

193,07  / 100 000 

> 250 / 100 000

Taux d’incidence pour les plus de 65 ans

171,7 / 100 000 

159,5 / 100 000 

145,4 / 100 000 

/

> 100 / 100 000

Part des patients COVID dans les réanimations

/

/

47,33 % 

66,6 % 

> 30 %

Le taux d’incidence en Haute-Garonne reste supérieur aux taux d’incidence régional et national.

2. Prorogation de l’état d’urgence jusqu’au 1er juin 2021

Au regard de la circulation élevée de l’épidémie de Covid-19 sur le territoire national, la loi n°2021-160 du 15 février 2021, parue au Journal officiel ce jour, prolonge l’état d’urgence sanitaire en cours jusqu’au 1er juin 2021.

3. Protocole sanitaire relatif aux Accueils collectifs de mineurs actualisé au 12/02/2021

Ce protocole sanitaire complète notamment les mesures relatives :
– aux locaux d’accueil : une aération de quelques minutes doit avoir lieu toutes les heures en plus des mesures prévues de nettoyage et d’aération déjà pratiquées ;
– aux règles de distanciation : pour les mineurs de 6 ans et plus, une distanciation physique d’au moins 2 mètres doit être respectée lorsque le port du masque n’est pas permanent et lorsque cette distanciation est matériellement possible ;

Il actualise par ailleurs les exigences relatives au port du masque : le port d’un masque « grand public filtration supérieure à 90% » est désormais obligatoire pour les encadrants et pour les mineurs de 6 ans et plus.

Pour rappel, les accueils de loisirs périscolaires et extrascolaires soumis aux régimes de déclaration des accueils collectifs de mineurs (accueils sans hébergement se déroulant pendant les vacances d’hiver du 15 au 26 février) peuvent rester ouverts au-delà de l’horaire du couvre-feu fixé à 18h, de façon à maintenir un mode de garde pour les familles qui ne sont pas en mesure, pour des raisons professionnelles, de récupérer leurs enfants à 18h. Ces dernières devront se munir d’une attestation pour justifier leur déplacement en cochant la case « Déplacements pour motif familial impérieux, pour l’assistance aux personnes vulnérables ou précaires ou pour la garde d’enfants ».

4. Prolongation des soldes d’hiver jusqu’au 02 mars 2021

En raison des difficultés économiques rencontrées par les commerçants suite à la crise sanitaire du Coronavirus COVID-19, les dates des soldes d’hiver, qui devaient initialement s’achever le 16 février, sont repoussées de 2 semaines et s’achèveront donc le 2 mars 2021

Au 15 février 2021

1.Point épidémiologique

Au 15 février 2021, pour le département de la Haute-Garonne, sont recensés par l’Agence Régionale de Santé (ARS) :

  • 422 (-24) hospitalisations en cours dont 68 (+3) en réanimation
  • 562 personnes décédées (+21)
Du 06/02 au 12/02 Haute-Garonne Toulouse Métropole Région Occitanie National
(au 14/02)
Alerte maximale
Taux d’incidence en population générale 210,4 / 100 000 227,8 / 100 000 170,2 / 100 000 193,07  / 100 000 > 250 / 100 000
Taux d’incidence pour les plus de 65 ans 171,7 / 100 000 159,5 / 100 000 145,4 / 100 000 / > 100 / 100 000
Part des patients COVID dans les réanimations / / 47,33 % 65,2 % > 30 %

Le taux d’incidence en Haute-Garonne reste supérieur aux taux d’incidence régional et national.

2.Point sur la campagne de vaccination en Haute-Garonne

Pour  mémoire, de nouveaux créneaux sont ouverts depuis vendredi 12 février pour les personnes de plus de 75 ans et les patients atteints d’une pathologie à haut risque de développer des formes graves de Covid19.

La prise de rendez-vous (pour 2 injections dans le même centre de vaccination) est possible :

  • sur le site internet sante.fr via l’application KelDoc ;
  • via la plateforme téléphonique au 0 809 54 19 19 (du lundi au samedi de 8h à 18h Appel au tarif d’une communication locale).

   

3. Modification du décret du 29 octobre 2020

Le décret n° 2021-152 du 12 février 2021 a modifié le décret n° 2020-1310 du 29 octobre 2020 prescrivant les mesures générales nécessaires pour faire face à l’épidémie de covid-19 dans le cadre de l’état d’urgence sanitaire :

  • Centres commerciaux

L’article 37 a été modifié afin de permettre le retrait de commande par système de « drive » ou de « click & collect » organisé à l’extérieur d’un centre commercial ou d’un magasin isolé fermé par le décret du 30 janvier 2021.
Pour mémoire, le gouvernement a consacré une page internet à l’organisation du retrait de commande, consultable à l’adresse suivante : https://www.francenum.gouv.fr/comprendre-le-numerique/click-and-collect-commercants-mettez-en-place-le-retrait-de-commandes

  • Activités d’entretien corporel

L’article 41 a été modifié afin d’interdire les activités d’entretien corporel pour lesquelles le port du masque ne peut être assuré de manière continue ce qui correspond au code NAF de ces activités. Ainsi, les activités de spa, hammam, bains turcs etc. sont interdites, quel que soit l’établissement dans lequel elles se déroulent.

4. Décret n° 2021-157 du 12 février 2021 modifiant le décret n° 2020-650 du 29 mai 2020 relatif au traitement de données dénommé « StopCovid »

Le décret ci-joint modifie la dénomination de l’application StopCovid qui devient TousAntiCovid. Également, il complète ses finalités pour permettre aux utilisateurs de faire état de leur statut de « contacts à risque de contamination » afin de bénéficier d’un test ou d’un examen de dépistage de la covid-19 et d’accéder à des informations complémentaires sur la situation sanitaire ; il permet en outre la collecte de la date du dernier contact avec une personne diagnostiquée ou dépistée positive au virus du covid-19 et prolonge la durée de mise en œuvre de l’application jusqu’au 31 décembre 2021.

Pour mémoire, l’application TousAntiCovid lancée par le Gouvernement le 22 octobre 2020 vise à faciliter l’information des personnes qui ont été en contact avec une personne testée positive à la COVID-19 et à accélérer leur prise en charge, en addition de l’action des médecins et de l’Assurance Maladie. Pour plus d’informations : https://www.gouvernement.fr/info-coronavirus/tousanticovid

Il est possible de la télécharger au lien suivant : https://bonjour.tousanticovid.gouv.fr/

5. Covid-19 : un numéro vert pour les télétravailleurs en difficulté

Un numéro vert est dédié à l’accompagnement des salariés des TPE et PME qui se sentent particulièrement isolés ou vivent difficilement l’exercice de leur activité en télétravail, au 0 800 130 000. C’est gratuit et anonyme.
Plus d’informations concernant ce numéro vert sont disponibles au lien suivant : https://travail-emploi.gouv.fr/actualites/l-actualite-du-ministere/covid19-numero-vert-teletravailleurs

 

Au 12 février 2021

1. Information Coronavirus « Tenir ensemble : Face au virus, chaque geste compte »

Vous trouver sur le lien suivant le dernier spot d’information du gouvernement : « Tenir ensemble : Face au virus, chaque geste compte » : https://youtu.be/2gwFcXK6zwk

2. Tests salivaires de détection du Covid-19

La Haute autorité de Santé a rendu un avis positif le jeudi 11 février concernant l’utilisation des tests salivaires de détection du Covid-19 en première intention sur les personnes sans symptômes. Le Premier ministre, Jean Castex, est allé à l’École polyvalente Louise Bourgeois dans le treizième arrondissement de Paris jeudi 11 février 2021 avec le ministre de l’Éducation nationale, de la Jeunesse et des Sports et le ministre des Solidarités et de la Santé, pour lancer une expérimentation sur le déploiement et l’acceptation des tests salivaires de détection de la Covid-19 dans les établissements scolaires. Il a annoncé que le gouvernement souhaite « réaliser 200 000 tests salivaires par semaine après les vacances » dans les établissements scolaires.

3. Accueils collectifs de mineurs et couvre-feu pendant les vacances scolaires

Les accueils extrascolaires soumis aux régimes de déclaration des accueils collectifs de mineurs (accueils sans hébergement se déroulant pendant les vacances d’hiver du 15 au 26 février) peuvent rester ouvert au-delà de l’horaire du couvre-feu fixé à 18h, de façon à maintenir un mode de garde pour les familles qui ne sont pas en mesure, pour des raison professionnelles, de récupérer leurs enfants à 18h. Ces dernière devront se munir d’une attestation pour justifier leur déplacement en cochant la case « Déplacements pour motif familial impérieux, pour l’assistance aux personnes vulnérables ou précaires ou pour la garde d’enfants ».

Au 11 février 2021

1.Point épidémiologique

Au 10 février 2021, pour le département de la Haute-Garonne, sont recensés par l’Agence Régionale de Santé (ARS) :

  • 458 (+37) hospitalisations en cours dont 66 (+1) en réanimation
  • 532 personnes décédées (+20)
Du 01/02 au 07/02 Haute-Garonne Toulouse Métropole Région Occitanie National Alerte maximale
Taux d’incidence en population générale 246,5 / 100 000 267,9 / 100 000 200,7 / 100 000 207,17 / 100 000 > 250 / 100 000
Taux d’incidence pour les plus de 65 ans 229,7 / 100 000 219,4 / 100 000 187,4 / 100 000 / > 100 / 100 000
Part des patients COVID dans les réanimations 46,27 % 46,27 % 46,27 % 65,4 % > 30 %

Le taux d’incidence en Haute-Garonne reste supérieur aux taux d’incidence régional et national.

2. Point vaccination

Plus de 2 millions de vaccinations ont été réalisées en France, dont 248 373 en Occitanie. L’Occitanie est la 4ème région française en nombre d’injections derrière l’Ile de France, la Nouvelle Aquitaine et l’Auvergne Rhône Alpes.
La Haute-Garonne est le département d’Occitanie où on vaccine le plus : au 10 février, 46 636 injections réalisées dont 88% de premières injections (39 447 premières injections et 7 189 secondes injections). 62.25% sont des femmes (29 033) et 37, 72%1 des hommes (17 589).

L’analyse des données montre que les campagnes de vaccination en Haute-Garonne respectent le cadre et les objectifs fixés en termes de publics vaccinés, de lieux de vaccination et du principe de la double injection.

Les personnes vaccinées sont celles définies dans la stratégie nationale comme des publics prioritaires :
– 47 % du total des injections (22 082 injections) ont été réalisées sur des personnes de plus de 75 ans.
– 40% du total des injections (18 194 injections) ont été réalisées sur des personnes de 50 à 75 ans.
– Les 13% (6 360 injections) restants concernent des résidents de lieux de vie spécialisés, des patients à haut risque et des professionnels de santé et assimilés de moins de 50 ans mais ayant des comorbidités.

Au 9 février 2021

  1. Point épidémiologique

Au 8 février 2021, pour le département de la Haute-Garonne, sont recensés par l’Agence Régionale de Santé (ARS) :

  • 421 (-6) hospitalisations en cours dont 65 (+4) en réanimation
  • 512 personnes décédées (+11)
Du 30/01 au 05/02 Haute-Garonne Toulouse Métropole Région Occitanie National Alerte maximale
Taux d’incidence en population générale 254,5 / 100 000 276,5 / 100 000 205,5 / 100 000 207,2 / 100 000 > 250 / 100 000
Taux d’incidence pour les plus de 65 ans 226,4 / 100 000 212,8 / 100 000 193,7 / 100 000 / > 100 / 100 000
Part des patients COVID dans les réanimations (régional) 48,83 % 48,83 % 48,83 % 64,5 % > 30 %

Le taux d’incidence en Haute-Garonne est supérieur aux taux d’incidence régional et national.

2. Priorité : éviter le confinement !

Compte tenu des taux d’incidence en Haute-Garonne et pour éviter un nouveau confinement, il est nécessaire que chacun se mobilise pour lutter contre la COVID -19 en renforçant les mesures de prévention, de protection et d’information. Cette mobilisation est d’autant plus nécessaire que des variants du virus circulent désormais en France. Le variant britannique notamment est considéré comme plus contagieux que celui que nous connaissons en France, de l’ordre de 40% à 70% selon les études.

En près de deux mois, il est devenu le variant majoritaire au Royaume-Uni. Étant plus contagieux, il est responsable d’une aggravation de la situation sanitaire chez nos voisins. Il provoquerait le même type de symptômes que le variant classique du virus sans davantage de cas graves. Du fait de sa contagiosité, le nombre de cas symptomatiques et graves sont cependant plus nombreux. Nos actions collectives et individuelles peuvent freiner la circulation du virus aussi je vous propose d’agir en faisant des rappels sur les informations suivantes:

2.1 Respecter les gestes barrières pour limiter la propagation du virus et protéger vos proches
– se laver régulièrement les mains ou utiliser une solution hydroalcoolique
– tousser et éternuer dans son coude ou dans un mouchoir
– éviter de se toucher le visage
– porter un masque chirurgical ou en tissu de catégorie 1 quand une distance de 2 mètres ne peut pas être respectée
– limiter au maximum ses contacts sociaux
– saluer sans serrer la main et arrêter les embrassades

2.2 Rappeler la nécessité d’aérer les endroits clos
Le virus peut se transmettre par voie aérienne dans des endroits mal ventilés, sous forme d’aérosols restant en suspension dans l’air. Il est donc primordial d’aérer les pièces le plus souvent possible, au minimum quelques minutes toutes les heures.

2.3 Rappel sur la nécessité de privilégier le télétravail
Le recours au télétravail participe à la démarche de prévention du risque d’infection en limitant les déplacements et la densité des agents dans les locaux. Il doit être généralisé et renforcé, et les administrations se doivent d’être exemplaires à cet égard. Le télétravail doit devenir le principe, de sorte que l’organisation du service doit permettre de réduire au maximum le temps de présence pour l’exécution des tâches qui ne peuvent être réalisées en télétravail.
En ce sens, vous trouverez ci-joint une la note d’information relative au renforcement du télétravail dans la fonction publique territoriale, accompagnée de la circulaire du Premier ministre sur ce sujet.
Toutes les entreprises, les travailleurs, salariés comme indépendants, les services de l’Etat et ceux des collectivités territoriales ou des opérateurs publics et privés dont les activités peuvent être exercées à distance, doivent télétravailler.
Les bureaux de poste et les guichets de service publics restent ouverts.

2.4 Dépistage

  • Pourquoi se faire dépister ?

Le dépistage est l’un des piliers de la stratégie nationale pour maîtriser l’évolution de l’épidémie en cassant le plus tôt possible les chaines de transmission du virus du Covid-19. La réalisation des tests permet aux personnes symptomatiques, cas contact ou même asymptomatiques de savoir si elles sont malades et par conséquent de prendre toutes les précautions nécessaires pour ne pas contaminer les autres (isolement, port du masque, hygiène renforcée…).
A noter que depuis le 20 janvier 2021, les personnes testées positives au covid-19 ou cas contact peuvent être contactées par la Cellule Territoriale d’Appui à l’Isolement (CTAI) si elles sont susceptibles de connaitre des difficultés pour s’isoler et ainsi bénéficier d’une aide de la part des communes et des services de l’État.

  • Qui peut se faire dépister ?

Je ne présente pas de symptômes et je souhaite me faire dépister : je peux bénéficier d’un dépistage sans prescription médicale, sans même présenter de symptômes. Il est intégralement pris en charge par l’assurance maladie.
Je présente des symptômes comme des difficultés respiratoires, de la toux, de la fièvre, des courbatures, de la fatigue inhabituelle, une perte de goût ou d’odorat, des maux de gorge ou de tête : l’accès au test et à son résultat me sera facilité par un circuit de dépistage dédié car je serai prioritaire.
J’ai été identifié comme « personne contact » par un médecin généraliste ou par l’assurance maladie : je serai testé en priorité.
– Des dépistages sont notamment organisés au sein de nombreux établissements : établissements scolaires et universitaires au bénéfice des élèves et des personnels, dans les aéroports au bénéfice des passagers, dans toutes les structures médico-sociales etc.

  • Où se faire dépister ?

DépistageCovid de Santé.fr est une carte géolocalisée des lieux de dépistage près de chez soi. Vous y trouverez les coordonnées de chaque point de prélèvement, des informations sur les spécificités du lieu (horaires, créneaux pour personnes prioritaires, temps d’attente au test, publics concernés, etc…).

Rappel : outres les dépistages dans les laboratoires publics et privés, cabinets et officines, etc,  il existe 4 « drive de dépistage » sur la commune de Toulouse :
– Parking du stade de la base verte des Argoulets situé au 35 rue Dinetard : accessible aux véhicules et aux piétons, du lundi au vendredi de 14h à 17h.
– Esplanade Alain Savary, entre les allées Frédéric Mistral et Serge Ravanel, à proximité du Monument à la gloire de la Résistance : accessible uniquement aux piétons, du lundi au vendredi de 14h à 17h – samedi et dimanche de 8h45 à 12h.
– Centre de dépistage CHU de Rangueil dans les locaux « Mini M du Crous » situé au 124 avenue de Rangueil : du lundi au vendredi de 8h à 12h
– Centre de dépistage CHU de Purpan, dans le bâtiment U2000 : du lundi au vendredi de 9h à 20h – samedi et dimanche de 9h à 18h.

 

  1. Établissements scolairesCompte-tenu de la progression de la diffusion des variants dits « britannique », « sud-africain » et « brésilien » sur le territoire, la Direction générale de la Santé a annoncé la mise en œuvre de mesures complémentaires. La note que la Direction générale de la Santé a envoyée à tous les professionnels de santé prévoit un renforcement spécifique pour les variants dits « sud-africain » et « brésilien », dont la circulation est aujourd’hui minoritaire mais qui présente des risques concernant la protection immunitaire et l’efficacité vaccinale.
  • Le traçage : tous les tests (antigéniques ou PCR) qui donnent lieu à un résultat positif doivent désormais faire l’objet d’un test RT-PCR de criblage, réalisé dans un délai de 36 heures maximum. Ce test virologique permet le séquençage qui détermine s’il s’agit d’une contamination par un variant et qui identifie lequel. Les personnes doivent alors procéder immédiatement à l’information de leurs contacts. Ceux-ci doivent renforcer l’application des mesures barrières, télétravailler dès lors que cela est possible, réduire leurs contacts sociaux durant 7 jours et réaliser un test dès le premier symptôme. Ils reçoivent un SMS ou un courriel les orientant sur la page du site de l’Assurance maladie qui leur est dédiée et qui intègre des consignes spécifiques. Les contacts des personnes porteuses d’un variant dit « sud-africain » ou « brésilien » doivent se faire tester le jour-même. En cas de résultat positif au test PCR, un test RT-PCR doit être réalisé pour identifier le variant, et ces contacts doivent démarrer sans délai les opérations de contact-tracing. En cas de test négatif, il convient de respecter la période de quarantaine de 7 jours depuis le dernier contact à risque et réaliser un test RT-PCR à l’issue de cette période.
  • L’isolement : la priorité demeure l’isolement sans délai. Durant cette quarantaine, des visites d’infirmières libérales sont proposées au domicile, ainsi qu’une solution d’hébergement en cas de besoin. Les personnes porteuses d’un variant doivent être informées du risque de contagiosité accrue et de l’importance d’un respect particulièrement strict de l’isolement et des gestes barrières. Elles font l’objet d’un suivi renforcé. La durée d’isolement des malades atteints par les variants dits « sud-africain » et « brésilien » passe de 7 à 10 jours. Du fait de la forte contagiosité de ces deux variants, un test de sortie d’isolement doit être systématiquement réalisé lors de la visite de l’infirmière : après 10 jours et en l’absence de fièvre depuis plus de 48 heures, la levée de l’isolement est conditionnée à l’obtention d’un résultat négatif. Si le test est positif, l’isolement est prolongé de 7 jours.
  • Le protocole sanitaire est renforcé dans les écoles : la fermeture d’une classe est automatiquement prononcée lorsqu’un enfant ou un professeur est testé positif aux variants dits « sud-africain » et « brésilien », ou bien si un enfant est cas contact d’un parent ou d’un membre de la fratrie contaminé par un de ces mêmes variants. Tous les élèves et les professeurs doivent alors se faire tester.

Vous pouvez retrouver l’ensemble des éléments de cette stratégie renforcée de lutte contre les variants du SARS-CoV2 dans une fiche du ministère des Solidarités et de la santé au lien suivant : https://solidarites-sante.gouv.fr/IMG/pdf/fiche-lbm_vdef1.pdf

4. Décret du 5 février 2021 modifiant le décret du 29 octobre 2020 prescrivant les mesures générales nécessaires pour faire face à l’épidémie de covid-19 dans le cadre de l’état d’urgence sanitaire

Le décret du 29 octobre 2020 prescrivant les mesures générales nécessaires pour faire face à l’épidémie de covid-19 dans le cadre de l’état d’urgence sanitaire a été modifié par le décret du 5 février 2021 :

  • Activités de restauration pour les établissements de l’enseignement supérieur : dorénavant, les étudiants ont accès aux activités de restauration assurées par les centres régionaux des œuvres universitaires et scolaires durant les heures d’ouverture des établissements d’enseignement supérieur, à l’exclusion de toute consommation sur place après 18 heures (article 34).

5. Renforcement des contrôles aux frontières dans le cadre des mesures sanitaires

5.1 Obligation générale
Toute entrée sur le territoire national, par tous les modes de déplacement (voie routière, ferroviaire, aérienne ou maritime), est soumise à l’obligation de présentation d’un test PCR négatif réalisé moins de 72h avant le départ.
Les ressortissants français, étrangers, européens ou originaires de pays tiers résidents permanents en France pourront entrer sur le territoire mais se verront imposer une amende de 135 euros s’ils ne présentent pas un test PCR négatif.
Les ressortissants étrangers, européens ou originaires de pays tiers non résidents permanents en France se verront refuser l’entrée sur le territoire et se verront imposer une amende de 135 euros s’ils ne présentent pas un test PCR négatif.

5.2 Voyage hors espace européen

Pour rappel, les déplacements entre le territoire national et un pays étranger autre que ceux de l’Union européenne, Andorre, l’Islande, le Liechtenstein, Monaco, la Norvège, Saint-Marin, le Saint-Siège ou la Suisse doivent être justifiés par un motif impérieux d’ordre personnel ou familial, un motif de santé relevant de l’urgence ou un motif professionnel ne pouvant être différé. Ainsi, toute personne arrivant en France n’étant pas ressortissant d’un de ces pays et résidents en France doit justifier son arrivée par un motif impérieux. De même, tout Français quittant le territoire vers un pays autre que ceux précités devra justifier son déplacement par un motif impérieux.
Afin de faire respecter ces mesures et de contenir autant que possible l’épidémie, un renforcement des contrôles a été mis en place aux frontières. Les effectifs des forces de l’ordre déployés aux frontières vérifient systématiquement l’existence de motifs impérieux et/ou la détention d’un test PCR négatif pour les voyageurs entrant/quittant le territoire national. Une vigilance particulière sera de mise pendant les périodes de départ en vacances.

       5.3 Application des mesures dans notre département
En Haute-Garonne, ces mesures se traduisent par les dispositifs suivants :

  • Contrôle des transports aériens à l’aéroport de Toulouse-Blagnac à compter du 01 février 2021 : des contrôles et dépistages aléatoires sont réalisés sur les passagers.

Le dispositif est activé à l’aéroport de Toulouse-Blagnac depuis la semaine dernière grâce aux moyens du SDIS, de la DIDPAF, des associations agréées de sécurité civile, et de l’opérateur (ATB). Le premier contrôle aléatoire a eu lieu samedi 6 février après-midi avec 15 passagers contrôlés. Un autre dépistage aléatoire a été mené ce matin, mardi 9 février, au cours duquel 22 passagers ont été testés. Ces contrôles sur les vols internationaux vont ainsi se poursuivre de manière aléatoire.  En cas de détection d’un cas positif, la personne devra s’isoler et suivre l’ensemble des recommandations sanitaires qui lui seront données.

  • Contrôle des transports terrestres à Melles-Pont-du-Roy : un dispositif de contrôle a été mis en place au point de passage autorisé de Melles-Pont-du-Roy (frontière espagnole) depuis le 1er février. En cas de défaut de présentation d’un test PCRles personnes sont invitées à faire demi-tour. Si elles refusent et souhaitent tout de même entrer sur le territoire français, elles font l’objet d’une verbalisation, d’un relevé d’identité et d’une consigne de mise en isolement. Pour les ressortissants européens et de pays tiers non résidents en France , une mesure de non-admission est prise. A noter que le point de passage vers l’Espagne du Col du Portillon est fermé aux véhicules et aux piétons par arrêté préfectoral du 5 janvier.

Au 5 février 2021

1. Point épidémiologique

Au 4 février 2021, pour le département de la Haute-Garonne, sont recensés par l’Agence Régionale de Santé (ARS) :

  • 427 (-18) hospitalisations en cours dont 61 (-13) en réanimation
  • 501 personnes décédées (+29)
Du 26/01 au 01/02 Haute-Garonne Toulouse Métropole Région Occitanie National Alerte maximale
Taux d’incidence en population générale 268,7 / 100 000 266,9 / 100 000 220,1 / 100 000 213,55 / 100 000 > 250 / 100 000
Taux d’incidence pour les plus de 65 ans 264,9 / 100 000 199,1 / 100 000 211,2 / 100 000 / > 100 / 100 000
Part des patients COVID dans les réanimations (régional) 43,28 % 43,28 % 43,28 % 64,1 % > 30 %

Le taux d’incidence en Haute-Garonne est supérieur aux taux d’incidence régional et national.

2. Personnes vaccinées en Haute-Garonne et en Occitanie au 5 février 2021

En Haute-Garonne :
• Total général (1ère injection + 2ème injection) = 39 902
• Total 1ère injection = 35 426
• Total 2ème injection = 4 476

En Occitanie :
• La région Occitanie (209 931 injections) est la 4ème région de France en termes de vaccinations derrière l’Île-de-France (255 601 injections), la Nouvelle-Aquitaine (231 315 injections) et l’Auvergne-Rhône-Alpes (224 226 injections).
• La Haute-Garonne est le 1er département d’Occitanie en nombre de vaccinations (total général d’injections) :


3. Conférence de presse du Premier ministre Jean CASTEX du 04 février 2021

Le Premier ministre a tenu une conférence de presse hier pour faire le point sur l’épidémie de Covid-19.

Vous retrouverez l’intégralité de cette conférence de presse sur le lien suivant : https://www.youtube.com/watch?time_continue=6&v=6nr6ej5HqUo&feature=emb_title

4. Arrêté préfectoral du 4 février 2021 sur l’ouverture dominicale des commerces en Haute-Garonne

Par arrêté préfectoral du 4 février 2021, les commerces qui ne sont pas fermés par le décret du 30 janvier 2021 sont autorisés à déroger à la règle du repos dominical des salariés les dimanches 7 et 14 février 2021. Pour mémoire, les soldes d’hiver qui ont débuté le mercredi 20 janvier se termineront le mardi 16 février 2021.

Au 3 février 2021

1.Point épidémiologique

Au 02 janvier 2021, pour le département de la Haute-Garonne, sont recensés par l’Agence Régionale de Santé (ARS) :

  • 445 (-2) hospitalisations en cours dont 73 (+18) en réanimation
  • 472 personnes décédées (+23)
Du 24/01 au 30/01 Haute-Garonne Toulouse Métropole Alerte maximale
Taux d’incidence en population générale 258,5 / 100 000 252 / 100 000 > 250 / 100 000
Taux d’incidence pour les plus de 65 ans 273,4 / 100 000 219,1 / 100 000 > 100 / 100 000
Part des patients COVID dans les réanimations (régional) 43,92 % 43,92 % > 30 %

A noter que les seuils d’alerte maximale sont désormais dépassés en Haute-Garonne pour le taux d’incidence et la part des patients COVID en réanimation.

2. Cellule opérationnelle vaccination

Aujourd’hui s’est tenue la cellule opérationnelle vaccination afin de faire un point sur l’avancée de la campagne de vaccination en Haute-Garonne. Les sujets suivants ont été abordés :

Bilan de la vaccination en Haute-Garonne
A ce jour en Haute-Garonne, 34 613 injections ont été réalisées soit 31 894 en première injection et 2 719 en deuxième injection.
7 986 injections ont été réalisées dans les EHPAD et ULSD. La campagne de vaccination se poursuit cette semaine au sein de 51 établissements.

Il a été rappelé que lorsque des doses de vaccins ne sont pas entièrement consommées pendant les campagnes de vaccination dans les EHPAD/USLD, les doses restantes doivent être utilisées. AUCUNE DOSE PERDUE ! Elles doivent être proposées en premier lieu aux publics prioritaires et si cela n’est pas possible, à toute autre personne volontaire ne présentant pas de contre-indication médicale.

3. Décret n° 2021-105 du 2 février 2021 modifiant le décret n° 2020-1310 du 29 octobre 2020 prescrivant les mesures générales nécessaires pour faire face à l’épidémie de covid-19 dans le cadre de l’état d’urgence sanitaire

Le décret du 29 octobre 2020 a été modifié par le décret du 2 février 2021 concernant le retour progressif des étudiants dans les établissements d’enseignement supérieur. Le 21 janvier dernier, le Président de la République a déclaré que « chaque étudiant pourra retourner l’équivalent d’une journée par semaine dans son établissement ». Le décret a été modifié en ce sens, disposant à son article 34 le retour en présentiel pour les formations et les activités de soutien pédagogique, dans la limite d’un effectif d’usagers n’excédant pas 20 % de la capacité d’accueil de l’établissement.

4. Nouvelles modalités pour la restauration scolaire

Le décret n°2021-76 du 27 janvier 2021 a renforcé les règles sanitaires pour la restauration collective, notamment en imposant une distance de deux mètres entre deux personnes qui ne portent pas le masque. Néanmoins, ces nouvelles dispositions ne s’appliquent pas aussi strictement dans les cantines scolaires.

Selon les nouvelles éditions du protocole et de la fiche « restauration scolaire » éditées par le ministère de l’éducation nationale :
– « les élèves d’une même classe déjeunent ensemble en maintenant une distanciation d’au moins deux mètres avec ceux des autres classes »;
– en revanche, cette règle de distanciation sociale de deux mètres ne s’applique pas entre les élèves déjeunant ensemble à la même table : dans ce cas de figure, une distance maximale entre les élèves doit être « recherchée »  mais n’est pas obligatoire, si son application aboutit à restreindre les capacités d’accueil du service;
– le protocole préconise également, si les règles de distanciation ne peuvent être respectées, d’aménager « d’autres espaces que les locaux habituellement dédiés à la restauration », comme les « salles des fêtes, gymnases, etc. », et de proposer, « en dernier recours », des repas à emporter : dans ce cas, il faut veiller à « alterner » les repas chauds à la cantine et froids à emporter, par exemple un jour sur deux.

Retrouvez les documents officiels :

le nouveau protocole sanitaire

la nouvelle fiche-repère « restauration scolaire »

Vous trouverez également des informations concernant le protocole sanitaire applicable aux établissements scolaires et à la restauration scolaire dans la Foire Aux Questions mise à jour le 2 janvier 2021 sur le site du ministère de l’éducation nationale : https://www.education.gouv.fr/coronavirus-covid-19-les-reponses-vos-questions-306136

5. Communiqué de presse relatif aux mesures exceptionnelles en faveur des acteurs de la montagne

Le Premier ministre avec Elisabeth Borne, ministre du Travail, de l’Emploi et de l’Insertion, Alain Griset, ministre délégué chargé des Petites et Moyennes Entreprises, Roxana Maracineanu, Ministre déléguée auprès du Ministre de l’Education nationale, de la jeunesse et des sports, chargée des sports, Jean-Baptiste Lemoyne, secrétaire d’Etat chargé du Tourisme, des Français de l’étranger et de la Francophonie, et Joël Giraud, secrétaire d’Etat chargé de la ruralité, a réuni le 01 février dernier les acteurs du secteur de la montagne pour la quatrième fois en deux mois.

Le Gouvernement a décidé de renforcer et compléter les mesures de soutien exceptionnelles pour les entreprises des stations et vallées, pour les salariés et les saisonniers ainsi que pour les professionnels de santé de la montagne. Vous trouverez le détail de ces mesures dans le communiqué de presse disponible sur le lien suivant :

Enfin, le Premier Ministre a également annoncé le lancement au printemps d’un plan d’investissement pour le tourisme de montagne qui permettra de proposer dans les années à venir une offre plus verte, plus diversifiée et plus compétitive, en lien avec les collectivités territoriales, les entreprises et l’ensemble des acteurs de la montagne.

6. Conférence de presse du Premier ministre et du Ministre des solidarités et de la Santé ce jeudi 04 février à 18H00

Le Premier ministre et le Ministre des Solidarités et de la Santé tiendront une conférence de presse sur la situation sanitaire ce jeudi 04 février 2021 à partir de 18h00.

Au 1er février 2021

1. Point épidémiologique

Au 29 janvier 2021, pour le département de la Haute-Garonne, sont recensés par l’Agence Régionale de Santé (ARS) :

  • 447 (+19) hospitalisations en cours dont 55 (+5) en réanimation
  • 449 personnes décédées (+5)
  • 17 clusters en cours (au 28/01/2021)
Du 20/01 au 26/01 Haute-Garonne Toulouse Métropole Alerte maximale
Taux d’incidence en population générale 235,1 / 100 000 227,8 / 100 000 > 250 / 100 000
Taux d’incidence pour les plus de 65 ans 259 / 100 000 235,2 / 100 000 > 100 / 100 000
Part des patients COVID dans les réanimations (régional) 39,87 % 39,87 % > 30 %

2. Vaccination contre la COVID-19 en Haute-Garonne

A ce jour, 27 986 personnes ont été vaccinées en Haute-Garonne depuis le 5 janvier, dont  24 024 de plus de 50 ans. En Occitanie, ce sont 151 662 personnes qui ont été vaccinées et 1 486 463 en France. Des campagnes de vaccination ont été réalisées dans 75 EHPAD ou USLD en janvier ; tous les autres EPHAD, soit 51 restants pour la Haute-Garonne, sont programmés cette semaine.
Le dernier centre de vaccination prévu dans le schéma départemental a ouvert aujourd’hui à Cadours.
En raison de la forte demande tous les rendez-vous dans les centres de vaccination ont été réservés. De nouvelles disponibilités seront accessibles dans les prochains jours en fonction de l’arrivée progressive des vaccins. Dans l’attente, je vous invite à faire patienter vos administrés. Je vous tiendrai informé de l’évolution de la situation.

3. Décret n° 2021-99 du 30 janvier 2021 modifiant le décret n° 2021-76 du 29 octobre 2020 prescrivant les mesures générales nécessaires pour faire face à l’épidémie de covid-19 dans le cadre de l’état d’urgence sanitaire

Suite au discours du Premier Ministre du vendredi 29 janvier 2021, le décret du 29 octobre 2020 a été modifié par le décret du 30 janvier 2021. Les nouvelles mesures applicables sont les suivantes :

  • Fermeture depuis dimanche 31 janvier 2021 des magasins de vente et centres commerciaux, comportant un ou plusieurs bâtiments, dont la surface commerciale utile cumulée est supérieure ou égale à 20 000m²

L’ouverture des commerces reste le principe ; par exception, les commerces de 20 000m² qui génèrent des brassages de population importants sont désormais fermés.

Établissements fermés : Il peut s’agir d’un ou plusieurs ensembles de magasins de vente, et éventuellement d’autres établissements recevant du public pouvant communiquer entre eux qui sont, pour leurs accès et leur évacuation, tributaires de mails clos. L’ensemble des surfaces commerciales utiles sont additionnées pour déterminer l’atteinte du seuil de 20 000 m², y compris en cas de fermeture, même provisoire, de mails clos reliant un ou plusieurs établissements ou bâtiments. La surface commerciale utile (SCU/GLA) est la surface totale comprenant les surfaces de vente, les bureaux et les réserves, mais n’incluant pas les parties communes ( parkings, services techniques).
Dans le département de la Haute-Garonne, les commerces non-alimentaires concernés par la fermeture sont notamment  : Centre commercial Balma-Gramont ; Centre commercial Blagnac ; Centre commercial Fenouillet ;  Centre commercial Labège 2 ;  Centre commercial Portet-sur-Garonne ; Centre commercial Purpan ; Centre commercial Roques-sur-Garonne ; Centre commercial Saint-Orens-de-Gameville ; IKEA Roques-sur-Garonne.

Établissements ouverts : Les zones commerciales, parcs d’activité et villages de marques où la circulation du public entre les commerces intervient en extérieur ne sont pas concernés dans la mesure où les déambulations se font à l’air libre et peuvent rester ouverts. En revanche, les ensembles de bâtiments de plus de 20 000m² cumulés reliés par des allées closes et couvertes de ces zones doivent fermer.

Certains commerces sont autorisés à ouvrir même au sein des établissements fermés : pharmacie, commerce de détail de produits surgelés, commerce d’alimentation générale, supérettes, supermarchés, magasins multi-commerces dont l’activité principale est la vente alimentaire, hypermarchés, commerce de détail de fruits et légumes en magasin spécialisé, commerce de détail de viandes et de produits à base de viande en magasin spécialisé, commerce de détail de poissons, crustacés et mollusques en magasin spécialisé, commerce de détail de pain, pâtisserie et confiserie en magasin spécialisé, commerce de détail de boissons en magasin spécialisé, autres commerces de détail alimentaires en magasin spécialisé, commerce de détail de produits pharmaceutiques en magasin spécialisé.

« Click and collect » : Les commerces fermés ne peuvent pas pratiquer le « click & collect » ou retrait de commande. Une tolérance sera appliquée pendant quelques jours afin que les commandes passées puissent être retirées.
Les restaurants visés par la fermeture ne peuvent plus faire de la vente à emporter. En revanche, les activités de livraison restent possibles.

  • Nouvelle jauge d’accueil du public dans les commerces autorisés à ouvrir

– Les établissements dont la surface de vente est inférieure à 10 m² ne peuvent accueillir qu’un seul client à la fois ;
– Les commerces de moins de 400 m² doivent respecter une jauge d’une personne pour 8 m² ;
– Pour les commerces de plus de 400 m², un renforcement des jauges conduit à limiter la jauge à une personne pour 10 m² (ex. surface de 550 m² => 550/10 = 55 personnes maximum).
Les commerçants sont responsables du respect de la jauge imposée. La capacité maximale d’accueil de l’établissement doit être affichée et visible depuis l’extérieur de celui-ci.

  • Fermeture des frontières entre le territoire métropolitain et un pays étranger autre que ceux de l’Union européenne, Andorre, l’Islande, le Liechtenstein, Monaco, la Norvège, Saint-Marin, le Saint-Siège ou la Suisse

Sont interdits les déplacements de personnes entre le territoire métropolitain et un pays étranger autre que ceux de l’Union européenne, Andorre, l’Islande, le Liechtenstein, Monaco, la Norvège, Saint-Marin, le Saint-Siège ou la Suisse, à l’exception des déplacements fondés sur un motif impérieux d’ordre personnel ou familial, un motif de santé relevant de l’urgence ou un motif professionnel ne pouvant être différé. Les personnes souhaitant bénéficier de l’une de ces exceptions doivent se munir d’un document permettant de justifier du motif de leur déplacement. Lorsque le déplacement est opéré par une entreprise de transport, la personne présente, avant l’embarquement, une déclaration sur l’honneur du motif de son déplacement, accompagnée de ce document. A défaut, l’embarquement est refusé et la personne est reconduite à l’extérieur des espaces concernés.

  • Test (RT-PCR) négatif de dépistage du Covid-19 obligatoire avant toute entrée sur le territoire national par voie terrestre

En complément des mesures déjà applicables aux transports maritimes et aériens, toute personne âgée de onze ans ou plus entrant par voie terrestre sur le territoire national doit désormais être en mesure de présenter le résultat d’un examen biologique de dépistage virologique réalisé moins de 72 heures avant son départ ne concluant pas à une contamination par le covid-19. Par dérogation, cette obligation ne s’applique pas aux :
– Déplacements d’une durée inférieure à 24 heures dans un périmètre défini par un rayon de 30 kilomètres autour du lieu de résidence ;
– Déplacements professionnels dont l’urgence ou la fréquence est incompatible avec la réalisation d’un tel test ;
– Déplacements des professionnels du transport routier dans l’exercice de leur activité.

  • Renfort des contrôles en Haute-Garonne:
    – En Haute-Garonne, policiers et gendarmes sont mobilisés dans des proportions renforcées pour contrôler.
    – Le respect du couvre-feu, sanctionner l’organisation de fêtes clandestines et les ouvertures illégales de restaurants.
    – Les contrôles dans les commerces sont également accentués pour assurer le respect de la jauge de 8m2 par personne ou 10m2 par personne dans les surfaces commerciales non alimentaires supérieures à 400 m2.

4. Mesures de soutien pour les commerces fermés

Lors de la réunion avec les représentants des organisations patronales ainsi que les acteurs de la grande distribution, du commerce et des centres commerciaux à la suite des annonces du Premier ministre, Monsieur Bruno Le Maire a précisé les mesures de soutien dont bénéficieront les commerces fermés :
– Les commerces fermés bénéficieront du fonds de solidarité renforcé, avec un droit d’option entre la compensation de perte de chiffre d’affaires jusqu’à 10 000 € ou l’indemnisation de 20% du chiffre d’affaires plafonné à 200 000€ par mois. Pour les commerces en réseaux, particulièrement les grandes enseignes intégrées pour lesquelles les 200 000 € de compensation seraient insuffisants, le dispositif de couverture de 70% des charges fixes leur sera ouvert. Ces aides permettront aux commerçants de faire face à leur loyer et charges.
– Les commerces fermés bénéficieront de l’activité partielle sans reste à charge.
– Ils bénéficieront de l’exonération des cotisations patronales et de l’aide au paiement des cotisations salariales.
Enfin l’ensemble des autres dispositifs exceptionnels de financement restent à disposition des entreprises, en particuliers les prêts garantis par l’État.

 

Foires aux questions dédiée aux associations dans un contexte de crise sanitaire

Le fonctionnement des associations a du être adapté à la crise sanitaire.

Une foire aux questions à ce sujet et des informations concernant la reprise des activités associatives :
https://www.associations.gouv.fr/la-reprise-des-activites-associatives-janvier-2021.html

Une Foire aux questions est également disponible et mise à jour régulièrement sur le lien suivant :
https://www.associations.gouv.fr/associations-et-crise-du-covid-19-la-foire-aux-questions.html

 

Foires aux questions dédiée aux personnes handicapées

Le secrétariat d’Etat aux personnes handicapées a mis en ligne une foire aux questions dédiée aux personnes handicapées en cette période de confinement. Vous trouverez le lien ci après :
https://handicap.gouv.fr/grands-dossiers/coronavirus/article/covid-19-foire-aux-questions-reprise-de-l-epidemie

Compléments sur les dispositifs d’alerte pour les victimes de violences conjugales et intra-familiales en période de confinement

Les violences conjugales doivent faire l’objet d’une vigilance renforcée durant le confinement.

De nouvelles informations au sujet des dispositifs en place :
– La plateforme téléphonique 3919, ouverte de 9h à 21h tous les jours, le week-end et les jours fériés inclus, est désormais accessible aux personnes en situation de handicap du lundi au vendredi de 9H à 19h.
– Le tchat commentonsaime.fr de l’association « En avant toutes » ouvert du lundi au samedi de 10h à 21h : un site fait par des jeunes pour des jeunes pour qu’ils puissent exprimer leurs questionnements concernant notamment la violence dans les relations amoureuses, affectives et sexuelles.
– L’application pour smartphone App-Elles de l’association « Les Résonantes » : en cas d’urgence, cette application permet de contacter ou d’alerter rapidement les proches des victimes, les services d’urgence, les associations et toutes autres ressources disponibles sur le territoire et relaie également les informations locales ou nationales sur les dispositifs – Une ligne téléphonique dédiée aux auteurs de violences conjugales « Ne frappez pas », aux potentiels auteurs et à leur entourage offre depuis le 6 avril 2020 la possibilité d’une écoute et d’une orientation afin d’éviter les passages à l’acte (08 019 019 11, tous les jours de 9h à 19h).

Les personnes victimes de violences n’ont pas à renseigner d’autorisation de sortie dérogatoire pour leur mise à l’abri ou pour se rendre au commissariat ou en gendarmerie.

Centres de consultations Covid-19

Face à la recrudescence de la pandémie de Covid-19, le Conseil Départemental de l’Ordre des Médecins (CDOM) et le Conseil Départemental de l’Ordre des Infirmiers (CDOI) ont organisé en collaboration avec l’Agence Régionale de Santé (ARS), la Préfecture et le soutien des collectivités territoriales, l’ouverture de centres de consultations médicales pour les personnes atteintes par le Covid-19.

Pour mémoire, ces centres de consultations ne sont accessibles qu’après une régulation effectuée par un médecin : les patients doivent appeler leur médecin traitant ou, à défaut, le centre 15, pour bénéficier d’une orientation éventuelle vers l’un de ces centres.

Vous trouverez ci-dessous la liste des premiers centres ouverts ainsi que les jours et horaires d’ouverture :

  • ST ORENS – 42 avenue Augustin Laboulhe, 31650 Saint Orens de Gameville / 13h – 17h du lundi au vendredi (hors jours fériés)
  • FRONTON – Salle Municipale – 51 avenue Adrien Escudier, 31620 Fronton / 15h – 19h du lundi au vendredi (hors jour fériés)
  • ST JORY – Cabinet Médical du Dr. Latrous – 11 chemin de Gagnac, 31790 Saint-Jory / 14h – 17h du lundi au vendred
  • LABASTIDE SAINT SERNIN – Salles des Ainés de Labastide St Sernin – 17 Ru Jean Pascal, 31620 Labastide Saint Sernin / 8h – 12h du lundi au vendredi
  • CORNEBARRIEU – Foyer de l’Aussonnelle – 5 rue du Boiret, 31700 Cornebarrieu / 14h – 18 h du lundi au vendredi (hors jours fériés)
  • COLOMIERS – Complexe Capitany – 12 Avenue Yves Brunaud, 31770 Colomiers / 14h – 18h du lundi au vendredi
  • LHERM – Salle polyvalente – Esplanade Binaced, 31600 Lherm / Après-midi : lundi, mercredi et vendredi
  • SAINT LYS – Salle Polyvalente du Moulin de la Jalousie, 31470 Saint-Lys / Après midi : mardi et jeudi
  • FROUZINS – MMG la Saudrune – 87 boulevard de la Méditerranée, 31270 Frouzins / 13h – 17 h du lundi au vendredi
  • MONTREJEAU – MSP de Montréjeau – 14 bis Avenue de Mazères, 31210 Montréjeau / 14h – 18h : Lundi, mercredi et vendredi
  • SAINT-BEAT – Avenue Galliéni, 31440 Saint-Béat / 14h – 18h : Mardi et jeudi
  • TOULOUSE SOUPETARD – 35, rue Dinetard / 14h – 18 h du lundi au vendredi

 

TRAVAIL

Le télétravail est préconisé partout où il est possible.

Cependant, contrairement au confinement de mars le secteur du bâtiment et des travaux publics ainsi que les usines et les exploitations agricoles peuvent poursuivre leur activité.

Les bureaux de poste et les guichets de service publics restent également ouverts.

PORT DU MASQUE

Toute personne de onze ans ou plus se déplaçant à pied, sauf activité sportive, doit porter un masque de protection couvrant simultanément le nez, la bouche et le menton, lorsqu’elle se trouve sur la voie publique ou dans un lieu ouvert au public, en complément de l’obligation du respect des mesures barrières et de l’obligation du port du masque dans les transports en commun.

Cette obligation ne concerne pas :

  • les personnes en situation de handicap munies d’un certificat médical justifiant de cette dérogation et qui mettent en œuvre les mesures sanitaires de nature à prévenir la propagation du virus,
  • les personnes pratiquant une activité sportive en plein air,
  • les personnes circulant dans les espaces naturels classés.

APPLICATION « TousAntiCovid »

Mise à disposition de l’application « TousAntiCovid » qui permet à chacun d’être acteur de la lutte contre l’épidémie.
C’est un geste barrière supplémentaire que l’on active dans tous les moments où on doit redoubler de vigilance : au restaurant, à la cantine, quand on participe à un évènement professionnel, quand il y a un risque que tout le monde ne respecte pas les autres gestes barrières.
« TousAntiCovid » vient compléter l’action des médecins et de l’Assurance maladie, visant à contenir la propagation du virus en stoppant au plus vite les chaînes de contamination.

Le principe est le suivant : prévenir, tout en garantissant l’anonymat, les personnes qui ont été à proximité d’une personne testée positive, afin que celles-ci puissent aller se faire tester et être prises en charge le plus tôt possible.
Elle permet aussi de rester informé sur l’évolution de l’épidémie et sur la conduite à tenir et ainsi de rester vigilant et d’adopter les bons gestes.
Elle permet d’avoir accès facilement aux autres outils à la disposition des citoyens souhaitant être acteur de la lutte contre l’épidémie : DepistageCovid qui donne la carte des laboratoires à proximité et les temps d’attente, ainsi que MesConseilsCovid qui permet d’avoir des conseils personnalisés pour se protéger et protéger les autres.

L’installation de l’application « TousAntiCovid » se fait sur la base du volontariat. Toute personne est prise en charge même si elle choisit de ne pas utiliser l’application.
Vous trouverez des éléments complémentaires sur cette application sur ce lien et pouvez télécharger l’application sur l’Apple Store et le Google Play : bonjour.tousanticovid.gouv.fr/

Arbre décisionnel « ISOLEMENT, TEST : QUE FAIRE ? »

Dans le cadre du rebond épidémique, vous trouverez sur le site internet du Ministère des Solidarités et de la Santé une infographie sur la conduite à tenir en cas de symptômes ou de suspicion de contamination au Covid-19.
Cas contact, symptômes ou test PCR, il n’est pas évident de savoir quoi faire. Vous pouvez obtenir des conseils personnalisés et à jour sur le Covid-19 en France sur le site.

Liste actualisée des lieux de prélèvement

NUMÉRO SOUTIEN PSYCHOLOGIQUE

COVID-19 : Réactivation du numéro d’appel régional de soutien psychologique

Le numéro d’appel régional de soutien psychologique a été réactivé par la cellule urgence médico psychologique (CUMP).
Ce numéro est joignable au 05 34 39 33 47 du lundi au vendredi de 8h30 à 18h30.
Celui-ci répond aux problématiques psychiques dans le cadre du Covid-19 à la fois des soignants et du grand public.

Point de situation de l’ARS (Agence régionale de la santé) – Consultez les derniers bilans de l’ARS Occitanie

Dispositif de suivi de crise en préfecture

Un dispositif d’astreinte (avec un cadre d’astreinte et un sous-préfet de permanence) est mis en place, avec un numéro joignable 7/7j – 24/24h : 05 34 45 33 30

Pour toutes questions qui n’ont pas de spécificité locale, le grand public dispose d’une plateforme téléphonique nationale joignable au 0 800 130 000 destinée à fournir toute information générale sur le Covid-19 (appel gratuit – 7/7 jours).

Source officielle : site internet du gouvernement actualisé en temps réel  https://www.gouvernement.fr/info-coronavirus ainsi que le site de la Préfecture de la Haute-Garonne : http://www.haute-garonne.gouv.fr/

Cette actualité sera mise à jour au fur et à mesure de l’évolution de la situation sanitaire.